Géographie de l'Islande

Une île entre-deux mondes


Située sous les limites du cercle polaire arctique l’Islande est une île contrastée où se côtoient des glaciers, des fjords, de vastes champs de laves, des déserts de centre volcanique, d’innombrables cascades, des zones d’intense activité géothermale,  des plages de sable noir, de verts pâturages,… sur 103 000 km² (1/5 de la France).

Sur l’échelle du Temps, l’Islande est une terre jeune – la plus jeune sur notre planète – puisqu’elle a émergée des flots il y a près de 20 millions d’années. C’est une des rares terres émergées de la « dorsale médio-atlantique », un relief sous-marin qui court au milieu de l’océan Atlantique du cercle polaire arctique au cercle polaire antarctique. Cette chaîne de montagnes et de volcans sépare les plaques continentales nord-américaine et eurasienne et les plaques continentales sud-américaines et africaines. En Islande, près de 130 volcans actifs sont organisés sur une trentaine de système volcaniques, tous les types de volcans sont présents sur l’île. On y compte une éruption tous les 5 ans en moyenne. Les plus célèbres volcans du pays sont : le Laki dont la dernière éruption en 1783 a très certainement été un des déclencheurs de la révolution française, le volcan Hekla (dernière éruption en 2000), l’imprononçable volcan Eyjafjallajökull dont la dernière éruption en 2010 a perturbé le trafic aérien en Europe, le volcan Grimsvötn (dernière éruption en 2011), le volcan Bárðarbunga (dernière éruption en 2014-2015) et le volcan Snaefellsjökull, dont la dernière éruption remonte à près de 1 800 ans et qui est le point de départ du Voyage au Centre de la Terre de Jules Verne. L’omniprésence de l’activité volcanique de l’Islande est aussi témoignée par l’importance de phénomènes géothermaux: marmites d’eau ou de basalte bouillonnant, fumeroles, solfatares, sources d’eau chaude et geysers.

C’est une île en constante évolution, la tectonique des plaques étire l’île selon un axe est-ouest faisant gagner au territoire 1 à 2 cm par an, les failles du parc national de Thingvellir sont un excellent témoignage de cet accroissement. Et entre 1963 et 1967 une éruption sous-marine au large de l’archipel des Vestmann, au sud de l’Islande, a donné naissance à l’île de Surtsey qui s’étend sur près de 1,5km². L’accès sur cette île est réservé aux scientifiques qui y observent le développement de la vie sur une terre qui n’a jamais été reliée à aucun continent.

L’Islande n’est pas seulement un terre de feu, c’est aussi une île de glace. Près de 11% du territoire est recouvert de glaciers. Le plus vaste d’entre eux, le Vatnajökull avec ses 8 400 km² a une superficie proche de la Corse, c’est aussi le plus grand glacier d’Europe. L’épaisseur de la glace y varie de 400m à 600m. Et c’est sur ce glacier que se trouve le point culminant du pays le Hvannadalshnúkur qui culmine à 2 119m.